Agissons pour la préservation des rives des lacs

Agissons pour la préservation des rives des lacs

Limiter l’impact de nos activités humaines sur les lacs est une nécessité pour assurer leur préservation sur le long terme.
 
Les rives des lacs médocains sont un trésor de biodiversité. Les roselières qui bordent nos lacs sont l’habitat de nombreuses espèces animales comme végétales. Elles constituent des supports de pontes pour les libellules, des zones de nidification pour les oiseaux des zones de reproduction pour les poissons comme le Brochet. Des suivis menés par la Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Gironde sont en cours et témoignent du rôle majeur de ces milieux pour la faune piscicole. Pour en savoir plus, consultez l’article à ce sujet

Aux pieds des roselières, les isoétides (Lobélie de Dortmann, Littorelle à une fleur…), petites plantes rares et protégées, protégées du vent, trouvent des conditions favorables à leur développement. Malgré leur taille réduite, elles assurent de nombreux rôles et participent notamment à la limitation des changements globaux en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Parmi les dernières zones de présence de ces espèces, les lacs Aquitains (Médocains et Landais) ont une grande responsabilité vis à vis de leur conservation.

 
Des menaces diverses
Les roselières présentes sur les berges de nos lacs et les espèces qui en dépendent sont sensibles à de nombreux facteurs.
 
En premier lieu, la qualité de l’eau est un élément déterminant dans la préservation de ces milieux naturels, enjeu pour lequel des actions sont engagées sur le bassin versant.
 
Les roselières sont également très sensibles aux perturbations physiques et sont facilement dégradées. Plusieurs activités les dégradent involontairement, c’est le cas de la circulation pédestre et équestre ou encore motorisée dans les herbiers. Les mouillages sauvages, en dehors des zones prévues pour les bateaux sont également très destructeurs pour ces végétations.En effet, les plages de sable blanc créées par le piétinement répété des herbiers sont certes, agréables pour le baigneur mais sont de véritables déserts biologiques et ne participent plus à l’équilibre écologique nécessaire à la bonne santé des lacs Médocains.
Enfin, les sangliers et écrevisses américaines peuvent également avoir un impact non négligeable sur ces végétations en bordure de lac.
 
L’ensemble de ces causes de perturbation est renforcé en année sèche lorsque les niveaux d’eau bas des lacs engendrent un déplacement des activités. 
 
Cette perturbation des sols qui engendre la destruction des biotopes favorables aux espèces patrimoniales est aussi bien souvent synonymes de création de biotopes favorables aux espèces exotiques envahissantes (dans les lacs Médocains, l’Elodée dense, le Grand Lagarosiphon et la Jussie causent déjà des perturbations importantes). 
 
Chacun peut agir à son échelle dans la conservation de notre patrimoine naturel commun, en veillant à limiter son impact sur les milieux fragiles des lacs Médocains.
 

Commentaires

  1. Poster un commentaire

Ajouter votre commentaire