Relevé Mensuel Juillet 2018

Relevé Mensuel Juillet 2018

Les précipitations du mois de juin, 62 mm sur le site des Matouneyres à Carcans, correspondent à la moyenne pour ce mois. Sur certains secteurs géographiques, ces précipitations ont été plus conséquentes du fait d’orages localisés. Ces pluies ont été principalement marquées les 15 premiers jours du mois. L’évaporation a été estimée à 142 mm avec des pics à 7 mm par jour pendant la période de fortes chaleurs entre le 19 et le 30 juin.
 
Le niveau de la nappe des sables et les débits des cours d’eau sont d’abord restés assez stables du fait des apports des précipitations qui compensaient l’évaporation. Ils ont ensuite régulièrement chutés pendant la période de fortes chaleurs. Les cours d’eau alimentant les lacs avaient ainsi des débits très faibles voire nul en fin de mois.

Le niveau du lac de Hourtin-Carcans est d’abord resté stable au début du mois de juin. Son niveau a ensuite régulièrement baissé du fait de l’évaporation importante et l’absence d’apport d’eau par les cours d’eau. La côte à la fin du mois est ainsi de 14.26 m NGF ce qui est une valeur élevée pour la saison. Les vannes de l’écluse du Montaut à l’aval du lac sont totalement fermées depuis le mois d’avril, le niveau d’eau va malgré tout baisser dans les mois qui viennent du fait de l’évaporation de l’eau qui va régulièrement atteindre 5 mm par jour pendant l’été.  
 
Sur Lacanau, le niveau d’eau du lac a également régulièrement baissé pendant le mois de juin. Les vannages de l’écluse de Batejin à l’aval du lac sont elles aussi fermées. La côte à la fin du mois est de 13.38 m NGF ce qui est une valeur moyenne pour la saison.
 
Inauguration des ouvrages de gestion hydraulique et de restauration de la continuité écologique

Inauguration des ouvrages de gestion hydraulique et de restauration de la continuité écologique

Une inauguration réussie pour le SIAEBVELG
Relevé Mensuel Juin 2018

Relevé Mensuel Juin 2018

Les précipitations du mois de mai, 55 mm sur le site des Matouneyres à Carcans, correspondent à la moyenne pour ce mois. Sur certains secteurs, ces précipitations ont été plus conséquentes du fait d’orages localisés. Ces pluies ont été principalement marquées mi-mai puis fin mai avec plusieurs journées orageuses. L’évaporation a été estimée à 108 mm avec des pics à 5 mm par jour pendant la période de fortes chaleurs entre le 18 et le 24 mai.
 
Le niveau de la nappe des sables et les débits des cours d’eau ont progressivement baissés pendant le mois de mai du fait des précipitations inférieures à l’évaporation. Cette baisse régulière a toutefois été interrompue par les deux périodes de pluies orageuses qui ont fait remonter temporairement le niveau de la nappe et les débits des cours d’eau.

Le niveau du lac de Hourtin-Carcans a baissé de 5 cm pendant le mois de mai. Ceci correspond globalement à la différence entre l’évaporation et les précipitations. Sur ce lac de grande taille, les apports des cours d’eau deviennent en effet peu significatifs à cette saison. La côte à la fin du mois est ainsi de 14.39 m NGF ce qui est une valeur élevée pour la saison. Les vannes de l’écluse du Montaut à l’aval du lac sont totalement fermées depuis le mois d’avril, le niveau d’eau va malgré tout baisser dans les mois qui viennent du fait de l’évaporation de l’eau qui va régulièrement atteindre 5 mm par jour pendant l’été. 
 
Sur Lacanau, le risque d’inondation étant maintenant passé, les vannages de l’écluse de Batejin à l’aval du lac ont été progressivement refermés. Le niveau a ainsi progressivement augmenté  jusqu’à sa côte printanière, soit environ 13.50 m NGF. Contrairement au lac de Hourtin-Carcans, l’apport en eau des cours d’eau est encore très significatif sur le lac de Lacanau plus petit en superficie et permet de faire remonter son niveau à cette période de l’année.
 
Une année exceptionnelle pour les limicoles nicheurs sur les zones humides des lacs Médocains

Une année exceptionnelle pour les limicoles nicheurs sur les zones humides des lacs Médocains

La saison 2018 a été très bonne pour la reproduction des limicoles nicheurs sur les zones humides des lacs Médocains.
Canal des étangs sur Le Porge: une remise en eau progressive

Canal des étangs sur Le Porge: une remise en eau progressive

Après les crues importantes de l’hiver et du printemps, des embâcles se sont formés aux niveaux des écluses sur le canal du Porge. Ces embâcles empêchent la fermeture des vannages et donc la gestion des niveaux d’eau sur le canal et les zones humides qui l’entourent.
 
Profitant de débits faibles et d’un niveau bas dans le canal, le SIAEBVELG a pu intervenir en début de semaine dernière pour enlever les embâcles et refermer en partie les vannages. Les niveaux d’eau vont donc être prochainement rétablis sur le canal du Porge permettant également l’alimentation des passes à poissons pour la migration des anguilles.

Relevé Mensuel Mai 2018

Relevé Mensuel Mai 2018

Les précipitations du mois d’avril, 55 mm sur le site des Matouneyres à Carcans, correspondent à la moyenne pour ce mois. Sur certains secteurs géographiques, ces précipitations ont été plus conséquentes, jusqu’à 90 mm.  Ces pluies ont été principalement marquées les 10 premiers jours d’avril. Le reste du mois a été sec et chaud.  L’évaporation a été estimée à 95 mm avec des pics à 5 mm par jour pendant la période de fortes chaleurs autour du 20 avril.
 
Le niveau de la nappe des sables et les débits des cours d’eau ont été très élevés en début de mois avec les fortes précipitations. La nappe est ainsi remontée une nouvelle fois cette année jusqu’à la surface des sols. Son niveau a ensuite rapidement baissé pendant la période sèche pour retrouver un niveau « moyen » en fin de mois. Deux pics de crue très rapprochés, ont été notés sur l’Eyron et l’ensemble des cours d’eau du bassin versant pendant la période de fortes précipitations début avril. Ces débits ont ensuite rapidement chuté pendant la deuxième partie du mois.

Le niveau du lac de Hourtin-Carcans a été régulé autour de 14.45 m NGF en avril. Cette côte correspond à la côte d’objectif fixée par le règlement d’eau pour le lac en avril. Trois des vannes sur les cinq de l’écluse du Montaut à l’aval du lac ont ainsi été plus ou moins ouvertes pour contenir la remontée des eaux en début de mois tout en maintenant la côte atteinte. Un maximum de 14.50 m NGF a été atteint vers le 10 avril suite aux fortes précipitations et à la crue des cours d’eau. Les vannes de l’écluse du Montaut ont ensuite été totalement fermées dès que le débit des cours d’eau a baissé.

Le niveau du lac de Lacanau a augmenté de 30 cm en quelques jours début avril suite aux fortes précipitations et à la crue des cours d’eau. Le niveau a ensuite été progressivement rétabli mi-avril vers la côte de 13.3 m NGF. Cette gestion est conduite de façon à anticiper d’éventuelles autres crues ceci d’autant plus que le lac de Hourtin-Carcans en amont était à un niveau élevé ne permettant plus à ce lac de jouer un rôle majeur d’expansion des crues sur les marais. Cette anticipation permet ainsi de limiter l’effet des crues des cours d’eau. Les vannages de l’ouvrage de Batejin à l’aval du lac de Lacanau ont été ouverts en grand pendant la crue pour limiter la montée des eaux sur ce lac. Le nouvel ouvrage construit en 2017 montre ainsi ses capacités à prévenir les inondations en période de crue. En cette fin de mois et maintenant que le risque de crue majeure diminue, les vannages ont été en partie refermés.
 
Des suivis piscicoles sur les zones humides et le canal des lacs Médocains

Des suivis piscicoles sur les zones humides et le canal des lacs Médocains

Depuis 2017, en collaboration avec les gestionnaires locaux (le SIAEBVELG et l’ONF), la Fédération de pêche de la Gironde travaille à la mise en place d’un indicateur biologique basé sur le brochet. Cette seconde année d’action sur les lacs médocains apporte de nouveaux résultats.
lire l'article 
 

Poisson autrefois abondant, l’anguille européenne est aujourd’hui classée comme « en danger critique d’extinction » par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Sa population fait l’objet de suivis poussés en France et en Europe.

La Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Gironde porte depuis 2008 un programme de suivi de la migration des civelles et anguilles sur le bassin versant des lacs médocains. Ce territoire exceptionnel de marais et lacs, en bordure d’océan se transforme alors avec l’arrivée des jeunes anguilles en véritable nurserie !
lire l'article

La SEPANSO, gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de l’étang du Cousseau à Lacanau a mandaté la Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Gironde pour prospecter cette zone préservée, dix ans après avoir réalisé le dernier inventaire scientifique.
lire l'article 

Des jeunes de l’association Surf Insertion viennent en aide au SIAEBVELG lors de chantiers Eco-citoyens

Des jeunes de l’association Surf Insertion viennent en aide au SIAEBVELG lors de chantiers Eco-citoyens

Dans le cadre du programme de lutte contre les espèces végétales aquatiques invasives, plusieurs actions ont été menées ce mois-ci en partenariat avec l’association « Surf Insertion ». Ces chantiers ont un double objectif : ils permettent à la fois d’enrayer la propagation de ces espèces sur les cours d’eau du bassin versant et sur les lacs mais également de sensibiliser les jeunes venus de la métropole bordelaise à la conservation des milieux naturels des lacs médocains et à l’environnement au sens large.
Une nouvelle transhumance en Médoc

Une nouvelle transhumance en Médoc

Parcours écopastoral itinérant renouvelé en 2018

Pour la deuxième année consécutive, Jean-Michel Le Corre, berger du Conservatoire des races d’Aquitaine, mène le troupeau de brebis Landaises et de chèvres des Pyrénées à travers le bassin versant des lacs médocains.
Les animaux de races rustiques vont effectuer d’avril à octobre un nouveau parcours itinérant de 137 km dans le cadre d’une expérience écopastorale. Il s’agit pour le troupeau d’entretenir, par pâturage extensif, la végétation des milieux naturels qui l’accueillent.



Un RDV qui connecte à la Nature

Jeudi dernier, le troupeau a réalisé sa première étape de transhumance de 5km depuis la bergerie des Matruques, à St Aubin-de-Médoc, jusqu’à Gémeillan à Sainte-Hélène.
Cette première étape a été un évènement convivial rassemblant du monde : bénévoles, membres du Conservatoire des races d’Aquitaine et du SIAEBVELG ainsi que leurs stagiaires ont participé à cette étape. L’association « Surf Insertion » était également présente, quinze jeunes citadins venus de la métropole bordelaise, motivés et volontaires se sont mobilisés afin d’aider le berger à mener son troupeau de 450 animaux sur les pistes forestières et traversées de routes.



Parrainer la transhumance : le financement participatif

Un tel projet requiert un budget de fonctionnement important : le Conservatoire des races d’Aquitaine lance un projet de financement participatif qui a pour objectif de récolter en 40 jours 8 500€. Pour en savoir plus et participer, rendez-vous sur le site https://www.miimosa.com/fr/projets/soutenir-une-transhumance-avec-des-races-locales-menacees

Lancement des plans de gestion différenciée sur les communes du SIAEBVELG

Lancement des plans de gestion différenciée sur les communes du SIAEBVELG

Les 13 communes du SIAEBVELG s'engagent dans le "0 phyto".

Initié il y a déjà quelques années sur les communes de Lège-Cap-Ferret, Lanton, Arès, St-Laurent-Médoc et très récemment sur Hourtin. Ce sont aux 8 autres collectivités du Syndicat de se lancer.
Ainsi, Carcans, Le Porge, Lacanau, Sainte-Hélène, Saumos, Le Temple, Brach et Salaunes ont commencé, avec l’aide d’un technicien du SIAEBVELG recruté pour cette mission, la mise en place pour les espaces publics de plans de gestion différenciée. Ces plans de gestion différenciée permettent de repenser les modes d'entretien des lieux publics.

Une demi-journée de démonstration de matériels pour la gestion différenciée des espaces à eu lieu à Ste-Hélène le 10 avril dernier. Toutes les communes en cours de réalisation de plans de gestion différenciée étaient présentes représentant une trentaine de personnes, élus et agents confondus.