Préservons les limicoles nicheurs des lacs médocains

Préservons les limicoles nicheurs des lacs médocains

Sur le littoral Aquitain comme sur les rives orientales des lacs médocains, des limicoles s’installent chaque année pour se reproduire. Cette année, et en lien avec un printemps où les milieux naturels ont été désertés de la présence humaine, les oiseaux se sont parfois installés sur de nouveaux espaces, en dehors de leurs zones habituelles de reproduction. La couvaison des œufs, est en cours et une première nichée, voire parfois une seconde, aura lieu jusqu’au milieu de l’été.
 
Les Vanneau huppé et Courlis cendré viennent chaque année sur les marais des lacs Médocains pour leur reproduction. Ils y construisent des nids à même le sol et veillent sur leur progéniture en usant de comportements territoriaux qui visent à éloigner les prédateurs potentiels (humains, animaux…).






Menaces principales 
La période de reproduction est une période cruciale pour toutes les espèces. Chez les limicoles qui nichent au sol, le choix du site est primordial et est déterminé par le paysage alentour (ressources alimentaires, végétation…) et par la présence ou non de potentiels dérangements. 
Les œufs, très discrets et d’un mimétisme incroyable, se confondent avec le substrat, les rendant quasi-indétectables et très sensibles au risque de piétinement en plus du risque de prédation par la faune sauvage ou autres animaux domestiques.
 
L’éclosion a lieu pour ces trois espèces après environ 30 jours d’incubation. Les jeunes, nidifuges, quittent alors le nid simultanément. Toujours incapables de voler, ils restent à proximité et se déplacent à la recherche de ressources alimentaires. Ce n’est qu’au bout d’un mois qu’ils seront pleinement indépendants de leurs parents. Durant cette période, ils sont particulièrement vulnérables, notamment face à la prédation éventuelle par des animaux domestiques (chiens…).
 
Le dérangement humain en période de nidification impliquant notamment dérangement des adultes et éventuel piétinement accidentel des nids ainsi que la prédation par des chiens en liberté sont parmi les principales causes de déclin de ces oiseaux.
 
Les populations de ces différentes espèces en Aquitaine sont notamment suivies par des ornithologues et gestionnaires d’espaces naturels qui les dénombrent chaque année afin d’évaluer leur dynamique de population. C’est notamment un des rôles du SIAEBVELG qui réalise chaque année accompagnés de ses partenaires locaux des suivis des limicoles nicheurs sur les rives des lacs de Hourtin-Carcans et Lacanau.
 
Comment agir ?
Chacun peut agir pour préserver les limicoles nicheurs, en veillant notamment à se rendre sur des sites autorisés et en suivant les sentiers identifiés. Si vous avez un chien, tenez-le en laisse. Enfin, si vous voyez des oiseaux, écartez-vous au plus vite de la zone.

Pour en savoir plus sur les limicoles du littoral, consultez l’article du Conservatoire du littoral

Commentaires

  1. Poster un commentaire

Ajouter votre commentaire